Le Clos des Chartreux à Tullins : de l’Himalaya à l’Amérique, le tour du monde en 80 arbres.

Niché en plein coeur de Tullins, ce vaste parc – site de départ et d’arrivée de toutes les courses du sacré Trail des Collines 2016 – est un havre de paix, un royaume de verdure où il fait bon suivre les sentiers ombragés. Les ruisseaux cascadent des collines pour s’épancher enfin dans un étang où nage mollement une tribu cancannante de canards colverts.

Sous l’eau glissent une nonchalante armada de poissons rouges, quelques énormes carpes ventrues fouillent le fond à la recherche de vermisseaux. De branches en branches volètent des oiseaux tranquilles: roitelet à triple bandeau, pouillot véloce, serin cini, bergeronnette des ruisseaux, tourterelle turque, fauvette à tête noire. La tête en bas, la sitelle torchepot casse une graine; plus loin, un pic épeiche tambourine frénétiquement sur un tronc d’arbre creux. Vous êtes au Clos des Chartreux.

Les moines de la Sylve Bénite, congrégation fondée au XIIème siècle, occupèrent le domaine jusqu’à la Révolution qui les chassa et vendit leurs biens. Divers propriétaires se succédèrent jusqu’en 1861, date à laquelle Michel Perret s’en rend acquéreur. Homme au coeur généreux mais à la santé fragile, ce chimiste génial trouve ici le repos, loin des vapeurs sulfureuses de son laboratoire lyonnais. Il fait aménager la maison du parc en villa au cachet baroque : verrières, boiseries, marqueteries, calorifère… (c’est aujourd’hui une superbe mairie).

Elu maire de Tullins en 1866, Perret remodèle le parc, fait creuser un plan d’eau, tracer des sentiers et planter des arbres, dont certaines essences exotiques rares. Ces arbustes d’alors sont maintenant de robustes centenaires dont la majesté plane sur le domaine. L’occasion de faire un tour du monde en 80 arbres, chaque essence rare étant signalée par un pannonceau précisant son nom et son origine.

Du plan d’eau jusqu’à l’ancien cimetière chartreux, votre périple sous les arbres vous ménera à travers les continents avec le kaki de Chine, le sophora pleureur du Japon, l’immense séquoïa d’Amérique, le cyprés d’Italie, le marronnier d’Inde, le tulipier de Virginie, le cèdre de l’Himalaya, l’arbre de Judée, le micocoulier austral, le copalme d’Orient, le sapin d’Espagne, les cèdres du Liban et de l’Atlas, le pin noir d’Autriche ou le ginkgo chinois…

Mais d’autres variétés plus régionales peuplent aussi le parc, parmi lesquelles chêne pédonculé, hêtre pourpre, tilleul à grandes feuilles, frêne élevé, sureau noir, érable plane, épicéa, pin sylvestre, saule marsault, sapin ou peuplier blanc. Un royaume de verdure qui fait le bonheur des oiseaux, des coureurs, et – dans les endroits moins fréquentés – d’une faune sauvage souvent difficile à surprendre : écureuils, loirs, renards, parfois chevreuils ou sangliers de passage.

Un sentier botanique, un parcours de santé, des circuits VTT ou jogging, une ruche pédagogique, une parcelle mellifère et des jeux d’enfants permettent encore à chacun d’apprécier un cadre naturel enchanteur, à deux pas du centre-ville. Le Clos des Chartreux, un paradis à portée de main… et de mollets.

Les sculptures aux quatre vents de Vatilieu

 Les coureurs du 37 km auront la chance de passer sur le sentiers de la Croix du Plâtre et ses 21 sculptures aux quatre vents.

Pour en savoir plus, le site de la commune de Vatilieu ou ce dossier présentant les différentes œuvres.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Tumblr0Print this pageEmail this to someone